Bonjour et Bienvenue dans ce nouveau magazine alerte export du mois de décembre 2018. Au sommaire, les 24h Chrono de l’International, la “Team Export Ile-de-France” bientôt en place, un emploi sur sept dépend de l'export en Europe, en 2019, la France pourrait capter 28 milliards de plus à l’export, les lauréats des Trophées Export des Eco-Entreprises, et enfin le jouet traditionnel français a la cote à l’international.

Les 22 et 23 janvier 2019, rendez-vous pour la 13e édition des 24h de l’international. Organisé en partenariat avec TV5 Monde, l’événement sera diffusé sur le site internet de la chaîne, en direct, et abordera les problématiques de l’expatriation, création d’entreprise, vie quotidienne et différences interculturelles. Ces 24H seront émaillées de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages d'expatriés. Parmi les destinations traitées cette année, au cours des émissions qui réunissent plus de 3 000 000 d’internautes : Rio de Janeiro, la Martinique, Lisbonne, Toronto et Chicago, etc.

Comme tous les mois, profitez des conseils de Frederic Ibanez, fondateur de Alphatrad une société française spécialisée dans la traduction et l’interprétariat présente dans plus de 80 pays. Le sujet de ce mois-ci ? Quid de la négociation avec les entrepreneurs portugais ?

Elle sera opérationnelle dès le premier trimestre 2019. Six nouveaux collaborateurs de l’agence nationale Business France vont rejoindre très prochainement la vingtaine de conseillers sectoriels de la CCI Paris Ile-de-France, constituant ainsi la « Team France Export » francilienne. L’objectif ? Mutualiser les moyens afin de simplifier les démarches des entreprises de la région Ile-de-France et de ses huit départements, trop faiblement exportatrices. En effet, à l’heure actuelle, seulement 3 % des ETI et PME se consacrent à l’exportation. De façon concrète, la Team Export Ile-de-France associera sur le territoire francilien tous les partenaires de la région à savoir la CCI régionale (CCIR), l’opérateur public Business France et la banque publique Bpifrance pour mettre en œuvre un guichet unique d’accompagnement des entreprises à l’export.

Un emploi sur sept dépend de l'export en Europe. C’est le constat d’une étude de la Commission européenne fin novembre. Plus précisément, en 2017, les exportations de l'Union européenne vers le reste du monde ont « soutenu » 36 millions d'emplois, soit 66% de plus qu'en 2000. L'industrie concentre un peu plus de la moitié de ces effectifs. En France, 12% des emplois dépendent des exportations réalisées par les pays de l'Union. La Bulgarie (+312%), le Portugal (+172%) ou encore l'Irlande sont les principaux bénéficiaires des augmentations d'emplois liées à l'export au cours des années écoulées. L'Allemagne reste le premier exportateur européen, étant à l'origine de 8,4 millions d'emplois dans l'ensemble de l'Union européenne. Elle est suivie par le Royaume-Uni qui s'apprête à quitter l'Union (4,2 millions), la France (3,4 millions) et l'Italie (3,2 millions).

Les prévisions pour l’export s’avèrent de bonne augure pour la France. En 2019, l’Hexagone pourrait en effet capter 28 milliards de plus à l’international. Selon l’assureur crédit Euler Hermes, les plus importantes opportunités viendront des grands pôles économiques mondiaux : Etats-Unis, Chine et zone euro, dont les importations vont croître respectivement de 193 milliards de dollars, 161 et 260. En zone euro, le facteur de dynamisme de la demande sera l’amélioration du marché du travail et la résilience tant de l’investissement que de la consommation. Le secteur industriel, plus orienté services, avec une augmentation des dépenses de R&D, marketing et ventes, service clientèle et services financiers pourrait tirer son épingle du jeu, du fait de la digitalisation croissante de l’économie. Certains secteurs de l’industrie –automobile, métallurgie, sidérurgie- sont en revanche très exposés à un regain de protectionnisme.

A l’occasion du salon Pollutec, qui s’est tenu du 27 au 30 novembre à Lyon, L’Ademe, BPIFrance, Business France, le ministère des Outre-Mer et Reed Expositions ont récompensé les entreprises françaises à l’international lors de la 6e édition des Trophées Export des Eco-Entreprises. Parmi les lauréats ? Le prix bas carbone a été attribué à Enogia, une entreprise marseillaise spécialisée dans la conception, l’assemblage et la commercialisation de micro-centrales électriques à cycle Organique de Rankine (ORC), basées sur une technologie brevetée et innovante de micro-turbine, permettant de transformer en électricité les pertes thermiques issues de différents procédés. Le prix start-up a été remis à Green Creative, une entreprise industrielle française qui conçoit et fabrique une nouvelle génération d’équipements au service d’une meilleure valorisation des déchets. Le prix coup de coeur du jury est pour Quiet-Oceans, spécialiste de l’impact du bruit sous-marin sur la biodiversité. Félicitations à eux !

En cette période de Noël, l’occasion est donnée de faire un point sur le succès du jouet traditionnel responsable. Force est de constater que ce dernier a la cote à l’international. Parmi les favoris des consommateurs ? Les jeux de construction (+ 2 %) et la poupée (+ 5 %). L’électronique junior est en revanche en net recul, avec 37% de baisse entre octobre 2017 et octobre 2018. En tout, les marques françaises de jouet traditionnel, tels que Corolle, Smoby ou encore Jeujura, réalisent 40% de leurs ventes à l’export. Leurs atouts ? Un savoir-faire reconnu, avec une fabrication soignée, la garantie du respect des normes de sécurité et la prise en compte de l’impact écologique par l’usage de matières naturelles ou vertes, et le retrait de tout emballage superflu.

Toute l’équipe de News21 vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, en attendant de vous retrouver le mois prochain. Merci de nous avoir suivis !

Bonjour et Bienvenue dans ce nouveau magazine alerte export du mois de novembre 2018. Au sommaire, la conférence sur la Francophonie économique du salon 24 heures de l’international, la remise du trophée de la performance à « My Tower », le développement à l’export des Pays de la Loire, le palmarès des Trophées CCE Auvergne de la performance internationale enfin dévoilé, enfin le succès du vin de Bourgogne à l’international.

Mais avant tout, profitez des conseils de Frederic Ibanez, fondateur de Alphatrad une société française spécialisée dans la traduction et l’interprétariat présente dans plus de 80 pays. Le sujet de ce mois-ci ? Le Portugal, un pays sous-développé ?

Les 14 et 15 novembre dernier, plus de 1300 professionnels du secteur se sont donné rendez-vous au Palais de la Porte Dorée pour participer au salon des 24h de l’international, dédié au développement des entreprises à l’international et à la gestion de leurs salariés mobiles.
Pour en savoir plus sur le sujet, rendez-vous sur BigPlanete.

L’un des temps forts lors de cet évènement : La conférence plénière intitulée « Francophonie économique : du concept à sa mise en œuvre », qui a eu lieu à l’occasion de l’inauguration du salon. Les personnes et personnalités présentes ont pu ainsi mesurer le rayonnement de la France dans le monde tout en faisant le point sur la pratique, l’usage et la place de la langue de Molière dans le monde des affaires. Des solutions favorisant à la mise en œuvre de ce très riche concept ont également été proposées. Cette conférence plénière sur la Francophonie économique présentée par Charles-Henry Chenut, a également été l’occasion de remettre le trophée de l’innovation à Alain Cohen, développeur commercial de « MyTower », première plateforme digitale collaborative Tour de Contrôle pour piloter votre Supply Chain Internationale.

Les Pays de la Loire font des étincelles à l’international. Du bœuf en Chine, un contrat d'ingénierie pour le traitement de l'eau en Côte d'Ivoire, un joint-venture en Grande-Bretagne, des marchés au Canada... Les entreprises de la région enregistreraient à l’export une croissance de 14,5% depuis deux ans. La plus forte dynamique française. Avec le concours de la Chambre de commerce et d'industrie internationale, de la région des Pays de la Loire et de Business France, les entreprises se donnent les moyens de leurs ambitions. « Ils nous ont aidé à monter une étude de marché, nous ont apporté des conseils marketing, sur nos axes de différenciation pour nous positionner en Grande-Bretagne, à recruter et piloter deux Volontariat international en entreprises (V.I.E.) », raconte par exemple au journal La Tribune David Heriaud, président de Selva, une PME spécialisée dans la conception et la fabrication de cartes électroniques pour les secteurs de l'aéronautique, le médical, l'automobile, la sécurité. « L'internationalisation de la région des Pays de la Loire, ce sont les chefs d'entreprises qui la mènent », se plait à commenter modestement Paul Jeanneteau, vice-président de la région des Pays de la Loire, en charge du développement économique, de l'innovation et de l'international. Et avec succès… Avec sa « Team Export », la Région aimerait pouvoir accompagner chaque année 100 nouvelles PME ligériennes sur les marchés internationaux.

Les Trophées CCE Auvergne de la performance internationale viennent d’être attribués. La cérémonie s’est déroulée au FRAC. La volonté des initiateurs : promouvoir la démarche export des entreprises qui valorisent le Volontariat International en Entreprise appelé plus communément VIE. Il existe, aujourd’hui 32 dispositifs de VIE pour 21 sociétés auvergnates d’après la représentante du Préfet, et ce chiffre devrait augmenter dans les années à venir. Au palmarès 2018, le Trophée de la démarche export a été attribué à l’entreprise Edmond et fils, spécialisée dans la production de chaises d’extérieur, déjà présents au jardin du Luxembourg, au jardin des Tuileries, à Versailles, sur la promenade des Anglais, ont été récompensés pour leur démarche et leurs résultats à l’export. Le Trophée CCE Auvergne Essai transformé avec un VIE a été attribué à l’entreprise Allegorithmic, leader mondial de la matière dans les images de synthèse. Cette entreprise auvergnate réalise 95% de son chiffre à l’export et recrute en VIE depuis 2014, principalement à Los Angeles et Montréal. En pleine croissance, l’entreprise développe de nouveaux projets avec la Chine.

Le vin de Bourgogne dépasse tous ses records à l'export Les vins de la Côte de Nuits et de Beaune portent en effet un tiers des exportations de bourgogne, qui frisent les 600 millions d'euros sur huit mois. Le premier marché mondial ? Les Etats-Unis, avec 24 % du chiffre d'affaires global des ventes de bourgogne et 22 % des volumes exportés. En dix ans, les ventes outre-Atlantique ont augmenté de 2,5 millions de bouteilles. Hors les vins de Chablis, en léger retrait, les volumes commercialisés à l'international dépassent également leurs meilleurs résultats, avec 2 millions de bouteilles supplémentaires (+5,2 %). Dans le reste du monde, le Canada est devenu le quatrième marché en volume et le cinquième en valeur, même si les Britanniques restent les deuxièmes plus gros acheteurs. En Asie du Sud-Est le Japon, la Chine et Hong Kong sont les principaux marchés avec une progression de 11 % en valeur et, avec 6,9 millions de bouteilles, de 2,8 % en volume.

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain.

Bonjour et Bienvenue dans ce nouveau magazine alerte export d’octobre 2018.
Au sommaire, le salon des 24h de l’international, les CCE fêtent leurs 120 ans, une enquête sur l’avenir des Français au Royaume-Uni après le Brexit, l’Imed et Business France soutiennent ensemble le V.I.E mutualisé, Business France et l'Ania s’associent pour vendre la marque France à l’export, et enfin la Tour Eiffel vendéenne est partie en Chine.

« S'implanter au Portugal » fera l’objet d’une conférence lors du salon des 24h de l’international, qui se tiendra les 14 et 15 novembre prochains au Palais de la Porte Dorée dans le XIIe arrondissement de Paris. Les professionnels du secteur, représentés par Cécile Gonçalves, directrice de Maison au Portugal, Nuno Monteiro de l’Office Notarial éponyme mais également Frédéric Ibanez, fondateur d’Alphatrad et Carlos Vinhas Pereira, directeur général de Fidelidade feront le point sur l’implantation des Français dans ce pays qui a le vent en poupe depuis maintenant plusieurs années.

A ce titre, et pour continuer avec le Portugal, profitez des conseils de Frederic Ibanez, fondateur de Alphatrad une société française spécialisée dans la traduction et l’interprétariat présente dans plus de 80 pays. Le sujet de ce mois-ci ? L’ouverture du Portugal et des pays lusophones aux investisseurs étrangers.

Autre conférence au programme du salon, parrainé par Jean-Baptiste Lemoyne – Secrétaire d'état auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de l'Europe en charge du commerce extérieur, de la francophonie et des Français de l'étranger… « Francophonie économique : du concept à sa mise en œuvre », qui aura lieu à l’occasion de l’inauguration de cet événement destiné aux dirigeants d’ETI/PME implantés à l’étranger ou en passe d’internationaliser leur business, le 14 novembre à 10h30. L’objectif sera de poser les premières bases d’une Francophonie économique, un véritable enjeu pour lequel tous les francophones vont devoir faire preuve de créativité afin d’en faire une réalité. Des solutions à l’occasion de cette conférence seront proposées, des solutions pragmatiques qui proposent des ouvertures concrètes vers la modernité, vers l’avenir. Au total, le salon des 24h de l’international accueillera 100 exposants et intervenants, 88 conférences en français et en anglais, et de multiples rencontres. En bonus, l’événement sera connecté à 100% grâce à une application web et/ou smartphone permettant de personnaliser votre visite, avec flash infos ciblés, messagerie instantanée avec les exposants ou encore quizz avec cadeaux à la clé. Venez nombreux !
Inscription gratuite : www.24h-international.com

Les 4 et 5 octobre derniers, les conseillers du Commerce extérieur de la France ont célébré leurs 120 ans d'activité, à l’occasion du 5e rassemblement annuel de l’institution à Paris. Sous la bannière « Autre monde, nouvelle France », les conseillers du Commerce Extérieur de la France ont tenté d'analyser les grandes mutations que connaît actuellement le commerce international, ainsi que de dégager des pistes pour que les entreprises françaises reprennent des parts de marché à l'export. « L'idée est d'analyser ces mutations rapides et profondes pour voir comment nos entreprises peuvent s'adapter, voire rebondir, et reconquérir des positions dans un contexte complètement nouveau », a commenté Alain Bentéjac, président des conseillers du Commerce extérieur de la France. Au total, l’association rassemble plus de 4 000 chefs d'entreprises forts d'une expérience internationale, dans 140 pays.

A l’heure où tout le monde s’interroge sur le Brexit et ses conséquences, dans le cadre du salon des 24h de l’international*, la présentation des résultats d’une enquête menée par Opinion way baptisée : « Français du Royaume Uni : Quel avenir après le Brexit ? » aura lieu le 15 novembre à 12h30 au Palais de la Porte Dorée – Paris 12° arrondissement. Cette enquête à laquelle plus de 2500 personnes ont répondu, révèlera les craintes, les objectifs et la vision du futur de ces milliers de Français qui ont choisi, dont certains depuis plus de 25 ans, de vivre outre-manche.

À l’occasion du dernier congrès de l’association Régions de France, qui s’est déroulé les 26 et 27 septembre dernier à Marseille, Business France et l’Imed (Ingénierie méditerranéenne pour l'export et le développement) ont signé une convention de partenariat afin de promouvoir la solution du V.I.E (volontaire à l’international en entreprise) à temps et coûts partagés. Une solution flexible donc, pour les entreprises qui souhaitent prospecter un nouveau marché à l'international sans forcément vouloir engager un V.I.E à temps plein sur place. Concrètement, deux sociétés qui ciblent le même marché pourront mutualiser les services du même volontaire en lui confiant chacune une mission à temps partagés. Les coûts eux aussi sont partagés. Cette formule a l’avantage d’être adaptée aux entreprises de petite et moyenne taille (PME) ou primo-exportatrices qui souhaitent identifier des partenaires potentiels sur un marché à l'étranger, et qu'il faut donc promouvoir auprès du plus grand nombre.

Elle est l’emblème de la France. Le 1er octobre, la Tour Eiffel s’est envolée vers la Chine afin de participer à la French Touch Festival de Chengdu, célébration mettant la France à l’honneur pendant deux ans. Que les amoureux de la dame de fer se rassurent néanmoins… Il ne s’agit pas de la vraie mais bel et bien de la reproduction Eiffela, créé par Philippe Maindron. Pour se faire, un avion-cargo a été spécialement affrété pour transporter les 19 tonnes de ce symbole du patrimoine et de la culture française, attendu à Chengdu par plus d’une centaine d’artistes. Les Français ne sont probablement pas prêts de revoir Eiffela… Il est question d’exposer cette réplique, « la plus belle selon la Société d’exploitation de la Tour Eiffel » dans huit grandes villes chinoises. Heureusement, l’Hexagone garde l’originale !

Vous avez un déménagement prévu dans les prochaines semaines, n’hésitez pas à faire appel à un déménageur soucieux de la qualité de l’environnement et faites appel à la société Bailly Déménagement. Demandez un devis gratuit en ligne en vous connectant sur : http://www.demenagements-bailly.com/devis/

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain.

Bonjour et Bienvenue dans ce nouveau magazine alerte export de septembre 2018, Au sommaire, le salon des 24h de l’international, le Label France fait vendre à l’étranger, Business France lance la « Team France Export » en Normandie et dans les pays de la Loire, la France à la traîne pour exporter jeux TV et magazines et enfin, 10-vins se lance dans l’export avec son concept de vin au verre.

Les 14 et 15 novembre prochain, les professionnels du secteur se donneront rendez-vous au Palais de la Porte Dorée pour participer au salon des 24h de l'international dédié au développement des hommes, des femmes et des entreprises à l'International. S’adressant notamment aux Dirigeants d'ETI/PME implantées à l'étranger ou en passe d'internationaliser leur business, l’événement est parrainé par Jean-Baptiste Lemoyne – Secrétaire d'état auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de l'Europe en charge du commerce extérieur, de la francophonie et des Français de l'étranger. Au programme ? 100 exposants et intervenants, 88 conférences en français et en anglais, et de multiples rencontres. En bonus, le salon sera connecté à 100% grâce à une application web et/ou smartphone permettant de personnaliser votre visite, avec flash infos ciblés, messagerie instantanée avec les exposants ou encore quizzs avec cadeaux à la clé. Venez nombreux !
Inscription : www.24h-international.com

Chaque mois, profitez des conseils de Frederic Ibanez, fondateur de Alphatrad une société française spécialisée dans la traduction et l’interprétariat présente dans plus de 80 pays. Tout de suite, écoutons-le répondre à la question : le Portugal est-il un pays sous-développé ? Clichés et préjugés.

Pyrex, Bioseptyl, Biotech, Codico, le Slip Français… Le 13 septembre dernier, ces marques bénéficiant de la certification « Origine France garantie », créées en 2011 par Yves Jégo, ex-député UDI, ont participé aux Assises du Produire. Au total, près de 600 entreprises, commercialisant 3 000 gammes de produits, profitent de ce label. La condition pour l’obtenir ? Que 50% de la valeur du produit soit française et que les étapes de la fabrication aient lieu dans l’Hexagone. « A l’export, Origine France garantie s’apparente à une marque précieuse pour les entreprises ayant une moindre notoriété à l’étranger », a souligné Yves Jégo. L’étiquette « Made in France » ou encore le label « Entreprise du patrimoine vivant », garantissant aux entreprises un savoir-faire remarquable et octroyé par l’Etat, font également vendre à l’étranger.

Team France Export Normandie et Pays de la Loire ont été officiellement lancés la semaine dernière. Pour l’occasion, le ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian était à Caen le 17 septembre dernier. « Il importe de développer une culture de l'exportation, que les petites entreprises sentent que l'exportation c'est aussi une possibilité à condition d'avoir un peu d'audace et surtout à condition d'avoir une lisibilité plus facile », a précisé ce dernier. Guichet unique pour les PME, ce partenariat entre l’Etat, Business France et les CCI régionales, destiné à encourager l’exportation en Allemagne, aux Etats-Unis, en Italie ou encore en Asie, est expérimenté depuis le 23 février dernier en Normandie et en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Concrètement, le dispositif propose à tout chef d'entreprise intéressé par l'export un interlocuteur unique et des démarches simplifiées pour partir à la conquête de nouveaux marchés. A ce jour, en plus de la Normandie, des Pays de la Loire et de la région Paca, les Hauts-de-France, la Bourgogne ainsi que la Corse bénéficient du réseau Team France Export, codirigé par Arnaud Vaissié, Français de Singapour, et Christophe Lecourtier, directeur général de Business France. À l'étranger, l'ambassadeur de France en sera le pilote.

Troisième plus gros exportateur de programmes télévisés au monde, grâce aux séries et aux documentaires, la France reste cependant à la traîne pour les jeux et divertissements, un gisement pourtant prometteur, estiment des études présentées au marché audiovisuel de Biarritz. Entre septembre 2017 et fin juillet 2018, les programmes français ont en effet été les plus exportés derrière les programmes américains et britanniques (en nombre de lancements, hors téléfilms et coproductions), selon Eurodata TV Worldwide, filiale internationale de Médiamétrie. Les séries documentaires ont particulièrement séduit, comptant pour plus de la moitié (55%) des programmes exportés. Parmi les succès, « Rêver le Futur » (Planète +), vendue à plus de 50 chaînes et plateformes à l’étranger moins d’un an après son lancement. Si les fictions représentent 36% des programmes français exportés, les jeux et divertissements ne représentent que 9% du total. « Les éditeurs n'investissent pas suffisamment dans ce secteur car ils ne le voient pas assez comme un relais de croissance. Or, les chaînes ont besoin d'oxygène et de nouvelles sources de financement, elles devraient davantage miser sur des formats originaux exportables », estime Nathalie Sonnac, membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Nommé pour le Prix de l’Entrepreneur EY Ouest, l’entreprise 10-vins intensifie son export en Angleterre, en Chine et à Singapour. En début d’année, la start-up nantaise a changé radicalement de business model, proposant, en location, sa machine D-Vine pour servir du vin au verre aux hôtels et restaurants, et non plus seulement aux particuliers. Résultats ? Depuis six mois, la société a doublé ses ventes et a vendu plus de D-Vine qu’en cinq ans d’existence. 2 000 machines ont déjà été distribuées. Le déploiement à l’export, qui représente déjà 25% du chiffre d’affaires de l’entreprise, est à présent la prochaine étape.

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain.